World

Ben Gvir obtiendra le poste nouvellement créé de ministre de la Sécurité nationale face au Likud

Le Likud et Otzma Yehudit se sont mis d’accord vendredi matin sur les postes que le parti d’extrême droite occupera dans le nouveau gouvernement, Itamar Ben Gvir devant occuper le poste nouvellement créé de ministre de la Sécurité nationale (un rôle élargi de ministre de la Sécurité publique).

Les partis ont signé une annexe à un accord de coalition, mais pas encore l’accord complet lui-même, détaillant les postes qu’Otzma Yehudit recevra.

Outre le ministère de la Sécurité nationale, le parti détiendra également le portefeuille modifié du ministère du Développement du Néguev, de la Galilée et de la Fortitude nationale (traduction en anglais encore non officielle) ; le portefeuille du patrimoine, le rôle de sous-ministre au ministère de l’Économie ; présidence de la commission de la sécurité publique de la Knesset ; et la présidence tournante du Comité spécial du Fonds des citoyens israéliens (qui supervise les revenus de l’État provenant du forage gazier).

Le ministère du Néguev et de la Galilée sera dirigé par Otzma Yehudit No. 2 Cours d’eau Yitzhak, et Amichai Eliyahu assumera le portefeuille du ministère du Patrimoine.

Le ministère du Néguev et de la Galilée recevra un budget annuel de 2 milliards de NIS et sera également responsable de la mise en œuvre de la réglementation des nouvelles colonies de Cisjordanie.

Le député Almog Cohen sera vice-ministre de l’Économie et l’ancien général de Tsahal Zvika Fogel présidera le comité de la sécurité publique. Le député Limor Son Har-Melech prendra le poste d’Otzma Yehudit au sein du comité des redevances sur le gaz.

Almog Cohen (L) et Yitzhak Wasserlauf d’Otzma Yehudit à la Knesset, le 21 novembre 2022. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’accord comprend également un accord pour établir une garde nationale à grande échelle et l’expansion de la mobilisation des troupes de réserve dans la police des frontières.

Le ministère de Ben Gvir aura le contrôle de la division de Cisjordanie de la police des frontières, qui relève actuellement du ministère de la Défense avec une certaine contribution du ministère de la Sécurité publique.

Cette décision signifie que le chef du parti d’extrême droite aura le contrôle des troupes de la police des frontières impliquées dans la police des émeutes en Cisjordanie ainsi que dans l’évacuation des avant-postes.

Il y aura également une «loi élargie du Sud» qui permettra de tirer sur les voleurs surpris en train de voler des armes dans des bases militaires.

L’année dernière, l’armée actualisé ses règles d’engagement pour permettre aux soldats d’ouvrir plus facilement le feu sur des voleurs d’armes et des contrebandiers présumés, dans le but de réprimer le crime. Il n’était pas immédiatement clair quel serait l’impact du changement législatif.

Le chef du Likud Benjamin Netanyahu et le chef d’Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir arrivent pour la cérémonie d’assermentation de la nouvelle Knesset, au parlement à Jérusalem, le 15 novembre 2022. (Abir Sultan/Pool Photo via AP)

Dans un communiqué, Ben Gvir a déclaré que l’accord était “un grand pas vers la signature d’un accord de coalition complet et l’établissement d’un gouvernement de droite à part entière”, et qu’il s’associerait à des accords antérieurs avec le Likud, tels que la réglementation officielle du point chaud de Cisjordanie. Homesh yeshiva et avant-poste d’Evyatar.

Plus tôt cette semaine, deux anciens hauts responsables de la police ont publiquement averti que les changements anticipés dans les relations entre la police et le ministre de la sécurité publique (comme le rôle est maintenant connu), exigés par Ben Gvir, pourraient sonner le glas de la démocratie israélienne.

L’accord avec Otzma Yehudit a signalé les progrès lents mais constants du chef du Likud Benjamin Netanyahu dans ses efforts pour former une coalition après les élections de ce mois-ci, alors qu’il se rapprochait de la conclusion d’accords complets avec Otzma Yehudit et le parti Haredi Shas.

Les négociations prolongées ont freiné les espoirs de Netanyahu de former rapidement un gouvernement après que les élections du 1er novembre ont donné au bloc qu’il dirige une majorité de 64 sièges à la Knesset, qui compte 120 députés. Les pourparlers ont rencontré des obstacles en raison des demandes en spirale et parfois concurrentes de ses partenaires.

Selon les informations de la Douzième chaîne, les parties ont convenu de scinder l’actuel ministère du Développement de la périphérie, du Néguev et de la Galilée, le Shas ayant insisté pour détenir le portefeuille de la “périphérie” – faisant référence aux villes souvent plus pauvres en dehors des centres de population du centre d’Israël. – car il considère ces localités comme un élément clé de sa base électorale.

Pendant ce temps, Shas recevra le ministère de l’Intérieur ainsi que les portefeuilles de la santé et du bien-être.

Le président du Shas, Aryeh Deri, quitte une réunion avec le Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu dans un hôtel à Jérusalem le 16 novembre 2022. (Arie Leib Abrams/Flash90)

Cependant, l’éligibilité de Deri à être ministre est actuellement sous un grand point d’interrogation après que le procureur général a déclaré que sa récente condamnation pour corruption pourrait entraîner une conclusion de turpitude morale, ce qui l’empêcherait d’occuper un poste ministériel pendant sept ans. Deri a été condamné à 12 mois de prison avec sursis l’année dernière, mais a démissionné du Parlement avant de signer un accord de plaidoyer lui permettant d’esquiver une condamnation pour turpitude morale.

Le Shas et le Likud envisageraient de modifier la loi pour permettre au chef du Shas, qui a purgé 22 mois de prison de 2000 à 2002 pour corruption, de revenir en tant que ministre.

Pendant ce temps, les pourparlers du Likud avec le sionisme religieux de Bezalel Smotrich semblaient rester au point mort.

Smotrich a exigé soit le ministère de la Défense, soit le Trésor, et Netanyahu semble avoir accepté ces derniers jours de lui donner ce dernier pendant au moins les deux premières années du gouvernement. Malgré les progrès signalés, les pourparlers avec Smotrich ont continué d’être embourbés dans des accusations mutuelles, le sionisme religieux affirmant que Netanyahu était revenu sur ses promesses et le Likud accusant le parti d’extrême droite de faire des demandes exagérées en échange de sa fidélité au gouvernement naissant.

En plus des deux premières années au ministère des Finances, Smotrich aurait exigé les portefeuilles des affaires d’implantation et d’absorption des immigrants, ainsi que la présidence de quatre des 11 commissions de la Knesset contrôlées par la coalition.

Citant des sources impliquées dans les pourparlers, Haaretz a rapporté que Smotrich exigeait également le contrôle du système de conversion juive de l’État.

Le chef du Likud, le député Benjamin Netanyahu (à gauche), s’entretient avec le chef du parti religieux sioniste, le député Bezalel Smotrich, lors de la cérémonie de prestation de serment de la 25e Knesset à Jérusalem, le 15 novembre 2022. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Des rapports ont indiqué que le Likud avait accepté de confier à Smotrich le contrôle de l’administration civile – la partie du ministère de la Défense qui gère la zone C en Cisjordanie, où tous les colons israéliens et plusieurs milliers de Palestiniens vivent sous contrôle civil et militaire israélien.

Mais dans une longue déclaration publiée mercredi à la suite d’informations faisant état de progrès dans les pourparlers, le sionisme religieux a accusé le Likud de constamment divulguer des “mensonges” à la presse dans le cadre des négociations de coalition, alléguant que le Likud voulait “piétiner, humilier et marginaliser” le parti.

“Les choses n’allaient pas bien” en plus d’une décennie sous Netanyahu, le parti accusé, et a déclaré qu’il “avait promis que ce serait différent cette fois”, se référant à une liste de ses revendications souvent radicales concernant la sécurité, le système judiciaire, les implantations , et les questions religieuses.

Plus tôt mercredi, le député du Likud Yariv Levin, l’homme de confiance du parti pour les négociations de coalition, aurait déclaré lors de conversations privées que les demandes de Smotrich de transférer des parties de ministères sous son contrôle, comme l’administration civile, formeraient “un gouvernement au sein d’un gouvernement”, classant les demandes comme “délirantes”.

Pendant ce temps, le deuxième parti haredi de la coalition potentielle, Judaïsme unifié de la Torah, devrait obtenir le ministère du Logement et le ministère de l’Égalité sociale, élargis pour inclure le département du travail du ministère des Finances.

Moshe Gafni de l’UTJ quoi nommé président de la commission temporaire des finances de la Knesset lundi et le parti veut également contrôler les commissions du travail, de la santé, des affaires intérieures et de l’environnement.

Mais le parti Haredi s’est également plaint de se sentir mis à l’écart des négociations.

Les négociations de coalition entre les partis ont traîné en longueur depuis que Netanyahu a reçu un mandat de 28 jours au début du mois pour former un gouvernement, au milieu de querelles sur les nominations et les priorités législatives. Le mandat expire le 11 décembre, mais peut être prolongé de deux semaines.

Carrie Keller-Lynn et Emanuel Fabian ont contribué à ce rapport.

Leave a Reply

Your email address will not be published.