World

Cardinal: le pape OK dépenserait 1 million d’euros pour libérer les kidnappés maintenant

CITÉ DU VATICAN (AP) – Le pape François a autorisé à dépenser jusqu’à 1 million d’euros pour libérer une religieuse colombienne enlevée par des militants liés à al-Qaïda au Mali, a témoigné jeudi un cardinal, révélant l’approbation papale auparavant secrète d’embaucher une société de sécurité britannique pour trouver le bien et assurer sa liberté.

Le témoignage explosif du cardinal Angelo Becciu pourrait avoir de graves conséquences sur la sécurité du Vatican et de l’Église catholique, puisqu’il a fourni la preuve que le pape était apparemment disposé à payer une rançon aux militants islamiques pour libérer une religieuse, qui a finalement été licenciée l’année dernière.

Le paiement d’une rançon est rarement, voire jamais, confirmé, précisément pour dissuader de futurs enlèvements, et on ne sait pas combien – s’il y a de l’argent du Vatican – s’est finalement retrouvé entre les mains des militants. Les procureurs ont accusé un coaccusé de Becciu d’avoir détourné environ la moitié du montant d’articles de luxe haut de gamme pour lui-même.

Becciu, qui était autrefois l’un des meilleurs conseillers de Francis en tant que No. 2 à la secrétairerie d’État du Vatican, avait retenu son témoignage devant le tribunal du Vatican pendant près de deux ans en tant que secret d’État et pontifical. Mais il a librement parlé jeudi pour sa propre défense après que Francis l’ait libéré de l’exigence de confidentialité, fournissant le témoignage le plus attendu du procès d’un an à ce jour.

Becciu est l’une des 10 personnes accusées dans le vaste procès pour fraude financière du Vatican, qui a pour origine l’investissement de 350 millions d’euros du Saint-Siège dans une propriété londonienne et s’est étendu pour couvrir d’autres crimes présumés. Les procureurs ont accusé les accusés d’une foule de crimes pour avoir prétendument volé le Saint-Siège de millions d’euros en frais, commissions et mauvais investissements.

Becciu, le seul cardinal jugé, est accusé de détournement de fonds, d’abus de pouvoir et de subornation de témoins, ce qu’il nie. Jeudi, son témoignage a porté sur les accusations concernant sa relation avec une soi-disant spécialiste italienne du renseignement, Cecilia Marogna.

Marogna a déclaré aux médias italiens qu’elle avait aidé à négocier la libération d’otages catholiques en Afrique au nom du Saint-Siège. Les procureurs du Vatican l’accusent d’avoir détourné 575 millions d’euros, citant des relevés bancaires de sa société holding slovène qui montrent neuf virements électroniques du Vatican en 2018-2019 à des fins humanitaires non précisées, et des dépenses sur le compte de Prada, Luis Vuitton et des hôtels de luxe. Marogna a déclaré que les transferts étaient des remboursements de dépenses et une compensation pour ses services.

Becciu a témoigné jeudi qu’il avait embauché Marogna en tant que consultant en sécurité externe, impressionné par sa compréhension des affaires géopolitiques et la confiance dont elle jouissait de deux des plus hauts responsables des services secrets italiens, les généraux Luciano Carta et Gianni Caravelli, qui l’ont accompagnée à une réunion avec Becciu à Vatican en octobre 2017.

Becciu a déclaré qu’il s’était tourné vers Marogna pour obtenir de l’aide après l’enlèvement en février 2017 d’une religieuse colombienne, sœur Gloria Cecilia Narvaez, au Mali. Elle avait été kidnappée par al-Qaïda au Maghreb islamique, qui a financé son insurrection en kidnappant des Occidentaux. Pendant sa captivité, le groupe a périodiquement montré Narvaez sur vidéo demandant l’aide du Vatican.

Becciu a déclaré qu’il avait entendu le nonce du Vatican en Colombie ainsi que d’autres sœurs de l’ordre religieux de la religieuse demander de l’aide. Il a dit avoir porté l’affaire à Francis ainsi qu’à Marogna, qui lui a dit qu’il lui avait dit qu’elle pourrait travailler avec une société de renseignement britannique, The Inkerman Group, pour obtenir la libération de la religieuse.

Becciu a témoigné que François l’avait autorisé à procéder à l’opération Inkerman et lui avait interdit d’en parler à quiconque, y compris au propre chef de la police du Vatican. Francis était préoccupé par les implications pour la sécurité et la réputation si la nouvelle était divulguée, a déclaré Becciu.

Becciu a déclaré que lui et Marogna avaient rencontré des responsables d’Inkerman dans leur bureau de Londres à la mi-janvier 2018.

Les responsables d’Inkerman ont déclaré qu’il n’y avait aucune garantie de succès et que les dépenses totales pourraient atteindre 1 million d’euros, a déclaré Becciu. Parce que le Vatican voulait rester extérieur à toute opération, Marogna est devenu l’intermédiaire clé et celui qui recevait des paiements périodiques de la secrétairerie d’État du Vatican pour l’opération, a témoigné Becciu.

Becciu a déclaré que François avait fourni une lecture orale préliminaire de la réunion de Londres du 15 janvier 2018, alors que le pape était en route pour le Pérou.

“Il m’a écouté et a confirmé mon intention de continuer”, a déclaré Becciu. « Lors d’une rencontre ultérieure avec le Saint-Père, une fois à Rome, je lui ai parlé plus en détail de la conversation que nous avons eue avec les Inkerman et de la somme que nous aurions dû estimer en gros : environ 1 million d’euros, une partie à payer pour la création d’un réseau de contacts, et une partie pour la libération effective de la religieuse.”

« J’ai fait remarquer que nous n’aurions pas dû dépasser ce chiffre. Hé approuvé. Je dois dire que chaque étape de cette opération a été convenue avec le Saint-Père », a témoigné Becciu.

Narvaez a été libéré en octobre 2021, après plus de quatre ans de captivité. Peu de temps après, elle a rencontré François au Vatican.

Les procureurs du Vatican disent avoir la preuve que la secrétairerie d’État, en plus du virement de 575 000 euros envoyé sur les comptes slovènes de Marogna, a envoyé un montant équivalent directement sur un compte bancaire britannique détenu par Inkerman.

Becciu a également répondu aux plaintes contre lui concernant le cardinal George Pell, qui a quitté son poste de tsar financier du Vatican en 2017 pour faire face à des accusations historiques d’abus sexuels dans son Australie natale, pour lesquelles il a finalement été acquitté. Pell s’est affronté à plusieurs reprises avec Becciu pendant son séjour au Vatican et a répété les affirmations des médias italiens selon lesquelles Becciu avait approuvé des transferts d’argent du Vatican vers l’Australie qui, d’une certaine manière, ont contribué aux poursuites pour abus sexuels contre lui.

Becciu a produit jeudi deux lettres pour réfuter les affirmations : une de l’actuel secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin, expliquant que les 1,46 million d’euros qui ont été virés à l’Australie devaient payer pour un nom de domaine “.catholique”. Et l’autre, une lettre du 11 septembre 2015 autorisant cette dépense, signée par nul autre que Pell.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.