World news tv

Cinq choses à savoir sur le meurtre d’Abu Akleh d’Al Jazeera | Conflit israélo-palestinien

La journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, a été tuée par balle en Cisjordanie occupée alors qu’elle faisait son travail.

La journaliste chevronnée a été touchée par une balle réelle mercredi alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien dans la ville de Jénine.

Elle a été transportée d’urgence à l’hôpital et déclarée morte. Un deuxième journaliste d’Al Jazeera, Ali al-Samoudi, a également reçu une balle dans le dos et se trouve dans un état stable à l’hôpital.

Voici cinq choses que vous devez savoir sur sa mort tragique.

Que disent les témoins oculaires ?

Des personnes présentes sur les lieux de la mort d’Abou Akleh ont déclaré à Al Jazeera qu’elle avait reçu une balle dans la tête tirée par les forces israéliennes qui visaient un groupe de journalistes.

Le témoin oculaire et collègue journaliste Shatha Hanaysha a déclaré que le journaliste d’Al Jazeera était avec d’autres journalistes qui ont été choqués lorsqu’ils ont essuyé des tirs à balles réelles alors qu’ils se déplaçaient à pied à Jénine.

Hanaysha a déclaré que les forces israéliennes qui avaient ouvert le feu pouvaient clairement voir qu’il s’agissait de journalistes.

“Celui qui a tué Shireen avait l’intention de la tuer car il a tiré la balle sur une zone de son corps qui n’était pas protégée”, a déclaré Hanaysha, faisant référence aux vêtements de protection que portait le journaliste d’Al Jazeera.

“S’ils n’étaient pas vraiment disposés à tuer certains d’entre nous, ils auraient pu commencer à tirer avant notre arrivée dans cette zone étroite. Je vois cela comme un assassinat manifeste de journalistes », a-t-elle déclaré.

« Nous avons atteint une zone qui ne nous permettait pas de nous retirer… juste face aux tireurs d’élite », a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

Mujahed al-Saadi, un autre journaliste qui a été témoin du meurtre, a déclaré que les coups de feu visant les journalistes se sont poursuivis même après qu’il ait été clairement indiqué à l’armée israélienne qu’ils tiraient sur des membres de la presse.

“En quelques secondes, il y a eu le premier tir”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

“Je te l’ai dit [journalist colleagues] que nous sommes ciblés, qu’on nous tire dessus. Je me suis retourné et j’ai trouvé Shireen au sol », a-t-il déclaré.

« Le tournage a duré plus de trois minutes. Ali [another journalist] a été blessé il a pu traverser la rue et se rendre à un point sûr », a-t-il déclaré.

“Je me suis réfugié sous un escalier de la cimenterie et les tirs ont continué… et nous n’avons pas pu prodiguer les premiers soins à Shireen.”

Que disent les Palestiniens et les Israéliens ?

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a accusé les forces israéliennes d’avoir délibérément tué le journaliste d’Al Jazeera, affirmant qu’il tenait Israël entièrement responsable de la mort d’Abu Akleh.

Abbas a décrit l’incident comme un meurtre flagrant et de sang-froid commis par l’armée israélienne.

La députée palestinienne Khalida Jarrar a déclaré qu’Abu Akleh était la voix des Palestiniens et qu’elle a été tuée par “la monstruosité du colonialisme et de l’occupation israéliens”.

“Shireen a toujours été ma voix depuis les cellules de la prison”, a-t-elle déclaré, ajoutant qu’un mois après le début de sa dernière détention, Shireen était la première personne qu’elle a vue lors de ses audiences.

« Shireen était notre voix. C’est incroyable. C’est un crime, tout est clair – un ciblage intentionnel et direct.”

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a déclaré qu’il était “probable” que des tirs palestiniens aient tué le journaliste d’Al Jazeera.

“Selon les informations que nous avons recueillies, il semble probable que des Palestiniens armés – qui tiraient sans discernement à ce moment-là – soient responsables de la mort malheureuse du journaliste”, a déclaré Bennett dans un communiqué.

Que disent les groupes de défense des droits ?

Omar Shakir, directeur Israël et Palestine de Human Rights Watch, a déclaré que l’organisation enquêtait sur le meurtre du journaliste d’Al Jazeera et a décrit les enquêtes israéliennes sur ces meurtres “comme des mécanismes de blanchiment”.

« C’est l’évaluation à laquelle sont parvenues les organisations de défense des droits de l’homme, y compris la première organisation israélienne de défense des droits de l’homme, B’Tselem. Human Rights Watch a un diagnostic similaire », a-t-il déclaré, s’adressant à Al Jazeera.

“La réalité est qu’il n’y a aucune responsabilité pour ce genre d’abus en ce qui concerne les actions des autorités israéliennes”.

La directrice exécutive de l’Institut international de la presse, Barbara Trionfi, a déclaré à Al Jazeera que le meurtre est survenu à un moment où les attaques contre les journalistes se sont multipliées en Cisjordanie et à Gaza.

Ces attaques visent en particulier les journalistes palestiniens, a-t-elle dit.

Trionfi a appelé à une enquête indépendante pour déterminer “si Shireen a été ciblée”, mais a ajouté qu’une telle enquête serait “très difficile à mener” lorsque les autorités israéliennes sont impliquées.

Pourquoi Israël a-t-il attaqué Jénine ?

Les tensions sont vives depuis des semaines en Israël et en Cisjordanie occupée.

Les forces israéliennes ont fréquemment attaqué la ville de Jénine, un point d’éclair important dans le conflit israélo-palestinien qui a connu des semaines de troubles au milieu d’incursions répétées des forces israéliennes dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa – le troisième lieu saint de l’islam – blessant et tuant des Palestiniens , et des attaques meurtrières en Israël par des Palestiniens.

Les suspects accusés d’être impliqués dans les récents meurtres d’Israéliens seraient originaires de Jénine, ce qui a conduit la ville à devenir la principale cible des raids d’arrestations israéliens en Cisjordanie occupée.

Les raids ont déclenché de fréquents affrontements et porté à au moins 42 le nombre de Palestiniens tués par les forces israéliennes ou des civils armés jusqu’à présent cette année. Dix-huit Israéliens, dont trois policiers et un agent de sécurité, ont été tués dans des attaques en Israël et en Cisjordanie occupée depuis mars.

Que pourrait-il se passer ensuite ?

Abu Akleh était un journaliste chevronné et bien connu du peuple palestinien. Son meurtre augmentera probablement encore les tensions en Cisjordanie et en Israël.

Les groupes de défense des droits, les avocats et les autorités palestiniennes disent qu’ils ne s’attendent pas à une enquête crédible sur le meurtre par Israël, qui a la réputation de ne pas enquêter de manière approfondie sur les crimes commis par l’armée israélienne.

L’ampleur de la pression internationale qui sera exercée sur Israël, en particulier par les États-Unis, pour le meurtre d’Abu Akleh reste à voir.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.