World

Exclusif: Russes et Ukrainiens se sont rencontrés aux Émirats arabes unis pour discuter d’échange de prisonniers, d’ammoniac, selon des sources

RIYAD, 24 novembre (Reuters) – Des représentants de la Russie et de l’Ukraine se sont rencontrés la semaine dernière aux Émirats arabes unis pour discuter de la possibilité d’un échange de prisonniers de guerre qui serait lié à une reprise des exportations russes d’ammoniac, vers l’Asie et L’Afrique, via un pipeline ukrainien, ont indiqué trois sources au courant de la réunion.

Les sources ont déclaré que les pourparlers étaient négociés par l’État arabe du Golfe et n’incluaient pas les Nations Unies malgré le rôle central de l’ONU dans la négociation de l’initiative en cours d’exportation de produits agricoles à partir de trois ports ukrainiens de la mer Noire. L’ammoniac est utilisé pour fabriquer des engrais.

Cependant, les pourparlers visent à éliminer les obstacles restants à l’initiative prolongée la semaine dernière et à atténuer les pénuries alimentaires mondiales en débloquant les exportations ukrainiennes et russes, ont-ils ajouté.

Les sources ont demandé à ne pas être nommées afin de discuter librement de sujets sensibles.

Les représentants russes et ukrainiens se sont rendus à Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, le 17 novembre, où ils ont discuté de la possibilité pour la Russie de reprendre les exportations d’ammoniac en échange d’un échange de prisonniers qui libérerait un grand nombre de prisonniers ukrainiens et russes, ont indiqué les sources.

Reuters n’a pas pu établir immédiatement les progrès réalisés lors des pourparlers.

L’ambassadeur d’Ukraine en Turquie, Vasyl Bodnar, a déclaré à Reuters que “la libération de nos prisonniers de guerre fait partie des négociations sur l’ouverture des exportations russes d’ammoniac”, ajoutant “Bien sûr, nous cherchons des moyens de le faire à chaque occasion”. Bodnar a déclaré qu’il ne savait pas si une réunion avait eu lieu aux Émirats arabes unis.

Poutine a déclaré mercredi que les responsables russes s’efforceraient de débloquer les engrais russes bloqués dans les ports européens et de reprendre les exportations d’ammoniac.

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis n’a pas répondu à la demande de commentaires de Reuters.

Lana Nusseibeh, sous-ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des Émirats arabes unis, a déclaré qu’Abou Dhabi restait fermement déterminé à aider à maintenir les canaux de communication ouverts, à encourager le dialogue et à soutenir la diplomatie pour mettre fin à la guerre en Ukraine.

“En période de conflit, notre responsabilité collective est de ne négliger aucun effort pour identifier et poursuivre des voies qui conduisent à une résolution pacifique et rapide des crises”, a déclaré Nusseibeh dans un communiqué diffusé par l’agence de presse officielle WAM.

Les ministères russe et ukrainien de la Défense et des Affaires étrangères n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de Reuters.

Lorsqu’on lui a demandé si les Nations Unies étaient impliquées dans les pourparlers, un porte-parole de l’organisation a refusé de commenter.

PRESSION OCCIDENTALE

L’exportation d’ammoniac russe se ferait via un pipeline existant vers la mer Noire.

Le gazoduc a été conçu pour pomper jusqu’à 2,5 millions de tonnes de gaz ammoniac par an de la région russe de la Volga au port ukrainien de Pivdennyi sur la mer Noire, connu sous le nom de Yuzhny en russe, près d’Odessa, pour être ensuite expédié aux acheteurs internationaux. Il a été fermé après que la Russie a envoyé ses troupes en Ukraine le 24 février.

L’exportation d’ammoniac ne faisait pas partie du renouvellement de l’accord sur le corridor céréalier soutenu par l’ONU qui a rétabli la navigation commerciale depuis l’Ukraine.

La semaine dernière, Rebeca Grynspan, secrétaire générale de l’agence onusienne CNUCED, qui dirige les négociations sur les engrais, s’est dite optimiste que la Russie et l’Ukraine pourraient accepter les conditions d’exportation de l’ammoniac russe via le pipeline, sans donner de détails.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a publiquement posé plusieurs conditions avant d’autoriser la Russie à reprendre ses exportations d’ammoniac via le pipeline, notamment un échange de prisonniers et la réouverture du port de Mykolaïv en mer Noire.

Ni la Russie ni l’Ukraine n’ont publié de chiffres officiels sur le nombre de prisonniers de guerre capturés depuis l’invasion russe en février. En oct. Le 29, le président ukrainien Volodymr Zelenskiy a déclaré que depuis mars, la Russie avait libéré un total de 1 031 prisonniers.

La Russie et l’Ukraine ont divulgué peu de détails sur les rencontres directes entre les représentants des deux pays à la suite de l’abandon des pourparlers de cessez-le-feu dans les premières semaines suivant l’invasion de Moscou le 24 février.

Les efforts d’Abu Dhabi suivent les traces de l’Arabie saoudite, qui a remporté une victoire diplomatique en garantissant la liberté aux combattants étrangers capturés en Ukraine en septembre.

Les Émirats arabes unis, comme l’Arabie saoudite, sont membres de l’alliance pétrolière OPEP+ qui comprend la Russie et ont également maintenu de bons liens avec Moscou malgré la pression occidentale pour aider à isoler la Russie suite à l’invasion de l’Ukraine, que Moscou appelle son “opération militaire spéciale”.

Le président des Émirats arabes unis, Mohammed ben Zayed al-Nahyan, s’est rendu à Moscou le mois dernier où il a discuté avec le président Vladimir Poutine de la possibilité qu’Abou Dhabi serve de médiateur pour un accord sur l’ammoniac, ont déclaré deux des sources.

L’Ukraine est un important producteur de céréales et d’oléagineux. La Russie est le plus grand exportateur de blé au monde et un important fournisseur d’engrais sur les marchés mondiaux.

Depuis juillet, Moscou a déclaré à plusieurs reprises que ses expéditions de céréales et d’engrais, bien qu’elles ne soient pas directement visées par les sanctions, sont limitées car les sanctions rendent plus difficile pour les exportateurs le traitement des paiements ou l’obtention de navires et d’assurances.

Reportage d’Aziz El Yaakoubi à Riyad, Pavel Polityuk à Kiev et Jonathan Saul à Londres, reportage supplémentaire de Jonathan Spicer; Montage par Frank Jack Daniel et Jon Boyle

Notre norme : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.