Business

Incendie et coups de feu dans la prison de Téhéran détenant des prisonniers politiques et des binationaux

Une photo obtenue par l’AFP hors d’Iran montre une poubelle en feu au milieu d’un carrefour lors d’une manifestation pour Mahsa Amini, une femme décédée après avoir été arrêtée par la “police des mœurs” de la république islamique, à Téhéran le 20 septembre 2022.

– | AFP | Getty Images

Un incendie s’est déclaré samedi dans la prison d’Evine à Téhéran, où sont détenus de nombreux détenus politiques et binationaux iraniens, et des témoins ont rapporté avoir entendu des coups de feu.

L’agence de presse d’État IRNA a déclaré que huit personnes avaient été blessées dans les troubles, qui ont éclaté après près d’un mois de manifestations à travers l’Iran contre la mort en détention de Mahsa Amini, une Iranienne kurde de 22 ans.

Les manifestations ont posé l’un des défis les plus sérieux à la République islamique depuis la révolution de 1979, avec des manifestations qui se sont propagées à travers le pays et certaines personnes scandant la mort du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Un communiqué de la justice iranienne a déclaré qu’un atelier de la prison avait été incendié “après une bagarre entre plusieurs prisonniers reconnus coupables de délits financiers et de vol”. Les pompiers de Téhéran ont déclaré aux médias officiels que la cause de l’incident faisait l’objet d’une enquête.

La prison, située dans les contreforts à la limite nord de la capitale iranienne, détient des condamnés criminels ainsi que des détenus politiques.

“Les routes menant à la prison d’Evin ont été fermées à la circulation. Il y a beaucoup d’ambulances ici”, a déclaré un témoin contacté par Reuters. « Chut, on entend des coups de feu.

Un autre témoin a déclaré que des familles de prisonniers s’étaient rassemblées devant l’entrée principale de la prison. “Je peux voir du feu et de la fumée. Beaucoup de forces spéciales”, a déclaré le témoin.

Un responsable de la sécurité a déclaré que le calme avait été rétabli dans la prison, mais le premier témoin a déclaré que les sirènes des ambulances pouvaient être entendues et que de la fumée montait toujours au-dessus de la prison.

“Les gens des immeubles voisins scandent ‘Mort à Khamenei’ depuis leurs fenêtres”, a déclaré le témoin.

Tôt dimanche, IRNA a diffusé une vidéo qui, selon elle, montrait des zones carcérales endommagées par le feu. Des pompiers ont été vus en train d’arroser les débris avec de l’eau, apparemment pour empêcher l’incendie de se rallumer.

La prison accueille principalement des détenus faisant face à des accusations de sécurité, y compris des Iraniens ayant la double nationalité. Il a longtemps été critiqué par les groupes de défense des droits occidentaux et a été mis sur liste noire par le gouvernement américain en 2018 pour “graves violations des droits de l’homme”.

Siamak Namazi, un Américain d’origine iranienne emprisonné pendant près de sept ans pour des accusations d’espionnage rejetées par Washington comme étant sans fondement, est retourné à Evin mercredi après avoir obtenu une brève permission de sortir, a déclaré son avocat.

Parmi les autres citoyens américains détenus à Evin figurent l’écologiste Morad Tahbaz, également de nationalité britannique, et l’homme d’affaires Emad Shargi, selon l’avocat des droits humains Saeid Dehghan.

Il a ajouté que plusieurs autres binationaux sont détenus à Evin, dont l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah et l’irano-suédois Ahmadreza Djalali, médecin spécialiste en médecine des catastrophes.

Interrogé sur l’incendie de la prison, le président américain Joe Biden a déclaré aux journalistes lors d’un voyage de campagne à Portland, Oregon : “Le gouvernement iranien est tellement oppressif”.

Il s’est dit surpris par “le courage des personnes et des femmes qui sont descendues dans la rue” lors des récentes manifestations et leur a témoigné un immense respect. “C’était vraiment incroyable”, a-t-il ajouté. “Ce n’est pas un bon groupe, au gouvernement.”

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a tweeté : « Nous suivons les rapports de la prison d’Evin avec urgence. Nous sommes en contact avec les Suisses en tant que puissance protectrice. L’Iran est entièrement responsable de la sécurité de nos citoyens détenus à tort, qui doivent être libérés immédiatement. “

Human Rights Watch a accusé les autorités de la prison d’avoir recouru à des menaces de torture et d’emprisonnement indéfini, ainsi qu’à de longs interrogatoires et à un refus de soins médicaux pour les détenus.

“Aucun prisonnier (politique) de sécurité n’a été impliqué dans l’affrontement entre prisonniers d’aujourd’hui, et fondamentalement, le quartier des prisonniers de sécurité est séparé et éloigné des quartiers des voleurs et des personnes reconnues coupables de délits financiers”, a déclaré un responsable anonyme à l’agence de presse Tasnim.

“Les religieux se perdent”

Les troubles à la prison d’Evin ont eu lieu après près d’un mois de manifestations à travers l’Iran depuis ami – une femme de 22 ans originaire de la région kurde du pays – est décédée le 16 septembre alors qu’elle était détenue pour “tenue inappropriée”.

Bien que les troubles ne semblent pas proches de au-dessus du systèmeles protestations se sont élargies en grèves qui ont fermé des magasins et des entreprises, touché l’essentiel secteur énergétique et inspiré des actes effrontés de dissidence contre le régime religieux de l’Iran.

Samedi, des manifestants à travers l’Iran ont scandé dans les rues et dans les universités contre les chefs religieux du pays.

Une vidéo publiée par l’organisation norvégienne Iran Human Rights prétendait montrer des manifestations dans la ville de Mashhad, dans le nord-est de l’Iran, la deuxième ville la plus peuplée d’Iran, avec des manifestants scandant “Les religieux se perdent” et des chauffeurs klaxonnant.

L'Iran met en garde les États-Unis contre le soutien aux manifestants là-bas

Des vidéos publiées par le groupe montraient une grève des commerçants dans la ville kurde de Saqez, dans le nord-ouest du pays, la ville natale d’Amini. Une autre vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre des lycéennes scandant “Femme, vie, liberté” dans les rues de Sanandaj, la capitale de la province du Kurdistan.

Reuters n’a pas pu vérifier les vidéos de manière indépendante. Les services téléphoniques et Internet en Iran ont été fréquemment perturbés au cours du mois dernier et le chien de garde d’Internet NetBlocks a signalé “une nouvelle perturbation majeure” peu de temps avant le début des manifestations de samedi.

L’agence de presse militante iranienne HRANA a déclaré dans une publication en ligne que 240 manifestants avaient été tués dans les troubles, dont 32 mineurs. Il a indiqué que 26 membres des forces de sécurité ont été tués et près de 8 000 personnes ont été arrêtées lors de manifestations dans 111 villes et villages et quelque 73 universités.

Parmi les victimes figurent adolescentes dont la mort est devenue un cri de ralliement pour de nouvelles manifestations réclamant la chute de la République islamique.

Les manifestants ont appelé samedi à manifester dans la ville d’Ardabil, dans le nord-ouest du pays, à la suite de la mort d’Asra Panahi, une adolescente de la minorité ethnique azérie qui aurait été battue à mort par les forces de sécurité.

Les responsables ont démenti l’information et les agences de presse proches des Gardiens de la révolution ont cité son oncle disant que l’élève du secondaire était décédée d’un problème cardiaque.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.