Business

L’Allemagne se bouscule pour changer sa politique vis-à-vis de la Russie

Cet article est une version sur site de notre newsletter Europe Express. Inscrivez-vous ici pour recevoir la newsletter directement dans votre boîte de réception tous les jours de la semaine et le samedi matin

Bonjour et bienvenue dans la newsletter Europe Express Weekend du Financial Times. Je suis Tony Barber, l’éditeur européen des commentaires du FT, et tous les samedis, je déballe l’un des grands thèmes de la semaine.


Commençons par une question. Quel est le lien entre les sociaux-démocrates au pouvoir en Allemagne et la saucisse de foie ?

Les germanophones savent que je pense à Andriy Melnyk, l’ambassadeur d’Ukraine à Berlin.

Tout a commencé quand Olaf Scholz, chancelier allemand du SPD, a reproché au gouvernement ukrainien d’avoir indiqué le mois dernier que Frank-Walter Steinmeier, le chef de l’État allemand (et une autre sommité du SPD), n’était pas le bienvenu à Kiev.

La querelle diplomatique a été rafistolée cette semaine après un appel téléphonique entre Steinmeier et Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine. Mais avant que cela n’arrive, Melnyk riposter à Scholzen disant : “Cela ne semble pas très politique de se comporter comme un saucisse de foie insultée.”

Littéralement, cela signifie une “saucisse de foie insultée”. Il décrit une personne à la peau fine qui s’offusque facilement.

Pourquoi Melnyk faisait-il un pop à Scholz ? D’une part, il est consterné que l’Allemagne ait été plus lente que ses alliés de l’OTAN et de l’UE à fournir un soutien militaire à grande échelle à l’Ukraine après l’invasion non provoquée de la Russie le 24 février.

Comme le rapporte Guy Chazan, chef du bureau du FT à Berlin, Scholz est en fait en train de ressaisir l’Allemagne après un début hésitant. Mais l’analyse de Guy contient cette observation révélatrice de Christoph Heusgen, qui a été conseiller en politique étrangère de l’ancienne chancelière Angela Merkel :

On fait ce qu’il faut mais on le fait toujours un peu tard.

Oui en effet. Certains diraient que cela résume la politique allemande pendant les urgences bancaires et de la dette souveraine de la zone euro.

Cependant, n’ayez aucun doute : l’Allemagne peut agir rapidement et indépendamment en cas de crise quand elle le souhaite. Un an après l’unification allemande en 1990, la Yougoslavie communiste se désintégrait dans la guerre. Au grand dam de la plupart de ses partenaires européens, le gouvernement allemand reconnu unilatéralement l’indépendance de la Croatie et de la Slovénie. La guerre s’est étendue à la Bosnie-Herzégovine quelques mois plus tard.

Le deuxième point de Melnyk est que l’Allemagne est accablée par une politique de gentillesse envers la Russie qui dure depuis des décennies. Cela s’est avéré particulièrement erroné à l’époque de Vladimir Poutine. Il a souvent semblé fouler aux pieds les petits pays d’Europe de l’Est, y compris l’Ukraine.

Steinmeier symbolise cette politique. Dans un article puissamment argumenté pour le Conseil allemand des relations étrangères, Tyson Barker appelle Steinmeier “une partie de la soi-disant mafia de Hanovre des protégés de l’ancien chancelier Gerhard Schröder”.

Steinmeier était le chef de cabinet de Schröder, qui, au grand embarras de l’establishment allemand, ne cache pas ses penchants russophiles. Puis, avant d’être élevé à la présidence, Steinmeier était le ministre des Affaires étrangères de Merkel. En 2008, il s’est rendu dans la ville d’Ekaterinbourg, dans l’Oural, où il a prononcé un discours intitulé « Le temps d’un partenariat de modernisation germano-russe ».

Maintenant Steinmeier admis que l’Allemagne a mal interprété Poutine. Mais de nombreux Ukrainiens soupçonnent que l’instinct d’essayer de « comprendre » la Russie est toujours répandu au sein du gouvernement allemand. Melnyk incarne ces soupçons, bien que d’autres Ukrainiens faire l’éloge de l’Allemagne pour son aide.

Die Zeit, un grand journal allemand, a publié ce profil pénétrant de Jens Plötner, conseiller en politique étrangère de Scholz. « Il perçoit les Ukrainiens comme des amis difficiles. Le fait que le pays soit enfermé dans une lutte pour l’existence ne semble pas s’inscrire auprès de lui », a écrit Die Zeit.

Mais l’opinion publique allemande semble se durcir. À Sondage sur les tendances ARD Allemagne montre que de plus en plus d’Allemands pensent que le gouvernement n’en fait pas assez pour soutenir l’Ukraine.

Diagramme à barres de la façon dont les Allemands pensent de la réaction du gouvernement à l'invasion de l'Ukraine par la Russie (% des votes) montrant que l'humeur en Allemagne a changé

C’est un lieu commun que le désir de Berlin d’établir des relations constructives avec Moscou découlait de la notion de changer par le commerce — évolution bénéfique de la Russie grâce au commerce avec l’Allemagne.

J’espère que je ne transforme pas la newsletter de cette semaine en une leçon d’allemand, mais j’aimerais présenter aux lecteurs un concept officiel tout aussi important de la politique étrangère allemande au cours des 15 dernières années – Approche par l’entrelacement. Cela peut se traduire par un rapprochement par l’interconnexion.

L’attaque de la Russie contre l’Ukraine a discrédité ces idées. Mais soyons clairs sur quelque chose. Il y a environ un demi-siècle, le gouvernement dirigé par le SPD de Willy Brandt poursuivait une politique de réconciliation avec les voisins ouest-allemands connus sous le nom de Ostpolitik.

C’était courageux et absolument la bonne chose à faire. Mais cela n’a rien à voir avec la pagaille de la politique russe de l’Allemagne depuis le début de ce siècle.

Qu’en penses-tu? L’Allemagne en fait-elle assez pour soutenir l’Ukraine ? Doit-il en faire plus ? Doit-il en faire moins ? Faites-le nous savoir en votant dans notre sondage ici.

Sondage de compteur de vitesse qui demande l'opinion des gens sur la réaction de l'Allemagne à la guerre en Ukraine avec deux options pour le gouvernement en faisant trop et le gouvernement n'en faisant pas assez

et enfin

L’opposition turque gâche-t-elle sa chance de battre Recep Tayyip Erdoğan ?, s’interroge Laura Patel. L’emprisonnement de l’homme d’affaires et philanthrope Osman Kavala souligne la dérive vers l’autocratie sous l’homme fort turc, écrit le comité de rédaction du FT.

Les choix de Tony de la semaine

tony.barber@ft.com

La Grande-Bretagne après le Brexit – Tenez-vous au courant des derniers développements alors que l’économie britannique s’adapte à la vie en dehors de l’UE. S’inscrire ici

le travailler – Découvrez les grandes idées qui façonnent les lieux de travail d’aujourd’hui avec un bulletin hebdomadaire de la rédactrice en chef Isabel Berwick. S’inscrire ici

Vous appréciez Europe Express ? Inscrivez-vous ici pour le recevoir directement dans votre boîte de réception tous les jours ouvrables à 7h00 CET et le samedi à midi CET. Dites-nous ce que vous en pensez, nous aimons avoir de vos nouvelles : europe.express@ft.com. Tenez-vous au courant des dernières histoires européennes @FTEurope

Leave a Reply

Your email address will not be published.