World news tv

Le Kremlin rejette les découvertes d’enterrements de masse comme des “mensonges”

KUPIANSK : Le kremlin a nié lundi que ses forces étaient responsables de tueries à grande échelle dans l’est de l’Ukraine et a accusé Kyiv d’avoir fabriqué ses découvertes de fosses communes dans le territoire repris.
Lors du dernier incident qui a fait craindre une urgence atomique, l’Ukraine a déclaré que des roquettes russes avaient atterri dangereusement près d’une centrale nucléaire dans le sud de l’Ukraine.
L’Ukraine a repris Izium et d’autres villes de l’est ce mois-ci, paralysant les voies d’approvisionnement du Kremlin et apportant de nouvelles allégations d’atrocités russes avec la découverte de centaines de tombes, certaines contenant plusieurs corps.
“Ce sont des mensonges”, a déclaré lundi à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Moscou, a-t-il dit, « défendra la vérité dans cette histoire ».
Les combats dans le nord-est ont fait rage et les journalistes de l’AFP ont entendu lundi des échanges d’artillerie sur la ligne de front de Kupiansk, alors que des civils traumatisés quittaient la ville désormais principalement en ukrainien mains.
Les rues étaient jonchées de verre brisé, de douilles de cartouches usagées et de restes jetés de packs de rationnement délivrés par les deux forces.
La plupart des tirs étaient sortants, avec des chars et de l’artillerie ukrainiens ciblant les positions russes du côté ouest de la ville, au-dessus d’un fouillis de ponts brisés. Une colonne de roses fumées au loin.
À l’entrée de la ville, recroquevillés par le bruit des obus de chars ukrainiens passant au-dessus des lignes russes, des civils se sont rassemblés pour faire du stop ou rejoindre des bus pour se diriger vers un territoire ukrainien plus sûr.
“Il était impossible de rester là où nous vivions”, a déclaré Lyudmyla, 56 ans, qui a bravé le craquement constant des obus pour traverser la rivière Oskil de la rive est contestée à la sécurité relative de l’ouest.
“Il y avait des tirs entrants non seulement tous les jours, mais littéralement toutes les heures. C’est très difficile là-bas, de l’autre côté de la rivière.”
Dans son discours à la nation lundi, le président ukrainien Volodymyr Zelenski a déclaré que les Russes “paniquaient” alors que ses forces détenaient un territoire repris dans la région nord-est de Kharkiv.
Les autorités soutenues par la Russie dans l’est de l’Ukraine ont déclaré qu’une frappe “punitive” des forces de Kyiv avait tué plus d’une douzaine de personnes et blessé davantage dans le bastion séparatiste de Donetsk.
Le chef rebelle de la région a affirmé que la frappe était “délibérée” et a déclaré qu’elle “ne resterait pas impunie”.
Un tribunal de la région voisine de Lugansk, tenue par les rebelles, a quant à lui condamné deux employés de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à 13 ans de prison pour trahison.
ECOS président Zbigniew Rau a condamné la détention “injustifiable” des membres de la mission depuis le début de la guerre, la qualifiant de “pur théâtre politique, inhumain et répugnant”.
Les civils ukrainiens de la région de Kharkiv ont raconté des mois de brutalité sous l’occupation russe.
A Kupiansk, Mykhailo Chindey a déclaré à l’AFP qu’il avait été torturé parce qu’il était soupçonné d’avoir fourni des coordonnées de ciblage aux forces ukrainiennes.
“Une personne me tenait la main et une autre me frappait le bras avec un bâton en métal. Ils me battaient deux heures presque tous les jours”, a-t-il déclaré à l’AFP.
“J’ai perdu connaissance à un moment donné. J’ai perdu beaucoup de sang. Ils m’ont touché les talons, le dos, les jambes et les reins.”
L’agence ukrainienne pour l’énergie nucléaire, Energoatom, a déclaré que la Russie avait frappé la centrale nucléaire de Pivdennoukrainsk pendant la nuit, avec une “puissante explosion” à seulement 300 mètres (985 pieds) de ses réacteurs.
La grève a endommagé plus de 100 fenêtres de la station, mais les réacteurs n’ont pas été endommagés, a déclaré Energoatom, publiant des photos de verre brisé autour de cadres soufflés.
Il a également publié des images de ce qu’il a dit être un cratère de deux mètres de profondeur à partir duquel le missile a atterri. Aucun membre du personnel n’a été blessé, a-t-il ajouté.
Les attaques autour des installations nucléaires ukrainiennes ont suscité des appels de Kyiv et de ses alliés occidentaux pour démilitariser les zones environnantes.
La plus grande installation atomique d’Europe, la Zaporijzhia centrale nucléaire dans le territoire sous contrôle russe en Ukraine, est devenue un point chaud pour les inquiétudes après des allégations d’attentats.
la Mykolaïv La région du sud de l’Ukraine, où se trouve l’usine de Pivdennoukrainsk, est proche de la ligne de front d’une contre-offensive ukrainienne.
Les forces russes ont continué de bombarder les villes tenues par les Ukrainiens près des lignes de front.
L’agence atomique de l’ONU a déployé une équipe de surveillance sur le site début septembre après de nouveaux combats.
“La Russie met le monde entier en danger. Nous devons l’arrêter avant qu’il ne soit trop tard”, Zelensky dit tôt lundi.
L’Ukraine sera “une priorité à l’ordre du jour” lorsque les dirigeants mondiaux commenceront officiellement à se réunir mardi à New York pour l’Assemblée générale des Nations Unies, a déclaré le chef de la politique étrangère de l’Union européenne.
“Il y a beaucoup d’autres problèmes, nous le savons, mais la guerre en Ukraine a envoyé des ondes de choc dans le monde entier”, a déclaré Josep Borrell après avoir rencontré les ministres des Affaires étrangères de l’UE à la veille de la réunion de l’ONU, à laquelle Zelensky doit s’adresser par vidéo.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.