World

L’Iran et l’UE sur la voie de la collision sur les sanctions liées aux manifestations | Nouvelles de la protestation

Téhéran, Iran – L’Iran et l’Union européenne semblent être sur une trajectoire de collision sur la préparation du bloc à imposer des sanctions visant à punir Téhéran pour sa réponse aux protestations continues.

Des responsables européens seraient prêts à finaliser les sanctions en matière de droits de l’homme à l’encontre de responsables et d’entités iraniens lors d’une prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères à Luxembourg lundi.

L’Iran a clairement indiqué qu’il ne resterait pas les bras croisés si le bloc se joignait aux États-Unis, à la Grande-Bretagne et au Canada pour imposer des sanctions, le ministre des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian avertissant plusieurs ministres européens des Affaires étrangères d’une “action réciproque” lors d’appels téléphoniques cette semaine.

“Certains pays ont considéré les émeutes et les actions terroristes comme des protestations dans des commentaires interventionnistes, qui incitent en fait les émeutiers et les terroristes”, a déclaré le diplomate iranien à son homologue portugais, João Gomes Cravinho, lors de son dernier appel téléphonique vendredi soir.

Le média américain Politico a rapporté plus tôt cette semaine que Téhéran avait également averti le bloc en privé, en envoyant des lettres aux ambassadeurs de l’UE et au chef de la politique étrangère Josep Borrell pour avertir de “l’impact néfaste sur les relations Iran-Europe” que toute sanction aurait.

Mais les responsables européens semblent imperturbables alors que la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, qui s’est également entretenue avec Amirabdollahian plus tôt cette semaine, a déclaré aux politiciens français que les sanctions seraient appliquées “malgré la pression exercée par l’Iran pour qualifier nos positions d’ingérence”.

Cela survient alors que l’UE assure la médiation entre Téhéran et Washington dans leurs efforts depuis avril 2021 pour rétablir l’accord nucléaire de 2015 que ce dernier a unilatéralement abandonné en 2018. Les pourparlers sont dans l’impasse avec un manque de progrès, à l’approche des élections américaines de mi-mandat. et maintenant les protestations en Iran font une percée de plus en plus improbable, du moins à court terme.

Des manifestations ont progressivement éclaté à travers l’Iran après la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une femme de 22 ans qui a été arrêtée par la police des mœurs iranienne pour avoir porté un hijab inapproprié et est décédée après un coma de trois jours après avoir subi une crise cardiaque dans un poste de police. centre de « rééducation » à Téhéran.

Le rapport final du médecin légiste, qui a également été soutenu par le Parlement, a déclaré qu’elle n’avait subi aucun coup à la tête ou aux organes vitaux, et a attribué la mort d’Amini à des conditions survenant après une chirurgie d’une tumeur au cerveau à l’âge de huit ans. Sa famille a déclaré qu’elle soupçonnait des mauvais traitements en garde à vue.

Des responsables occidentaux et un certain nombre de groupes de défense des droits de l’homme ont condamné les conditions entourant la mort d’Amini et la réponse ultérieure des forces de sécurité aux manifestations.

Le président français Emmanuel Macron a exprimé mercredi son “admiration” pour les femmes et les jeunes qui manifestent et a condamné ce qu’il a qualifié de “répression” par les autorités dans des propos qui ont suscité la condamnation du ministère iranien des Affaires étrangères.

Le président américain Joe Biden a déclaré vendredi qu’il était “stupéfait” par les conséquences de la mort d’Amini, déclarant : “Cela a réveillé quelque chose qui, je pense, ne s’apaisera pas avant très, très longtemps”.

Mais s’adressant vendredi aux invités locaux et étrangers de la Conférence de l’unité islamique à Téhéran, l’Iranien Amirabdollahian a demandé : « Qui croit que la mort d’une fille est si importante pour les Occidentaux ?

Les enfants à l’honneur

En plus d’attribuer les protestations à des puissances étrangères comme les États-Unis et Israël, les responsables iraniens ont également blâmé les groupes séparatistes «terroristes», les chaînes de médias anti-establishment et les personnes à l’étranger.

Le dernier incident impliquant différents récits par les médias à l’intérieur et à l’extérieur du pays concerne des écoliers, qui ont figuré en bonne place dans les manifestations et ont été vus dans des vidéos enlevant leur hijab et scandant des slogans.

Les médias persans basés à l’étranger ont rapporté qu’une lycéenne est décédée lors d’une manifestation dans son école du nord-ouest d’Ardebil et que plusieurs élèves ont été arrêtés. Des responsables provinciaux ont déclaré vendredi aux médias locaux que les “fausses et fausses” nouvelles sont propagées par des médias anti-establishment “qui ont ciblé la sécurité générale et psychologique de la société”.

Des étudiants ont également été arrêtés dans d’autres provinces, ce que les autorités ont démenti.

Amnesty International a publié plus tôt cette semaine les noms et les photos de 23 enfants qui, selon elle, ont été tués par les forces de sécurité en Iran, une affirmation que les autorités n’ont pas encore spécifiquement abordée.

Mais les responsables ont réfuté que les forces de sécurité aient joué un rôle dans la mort de deux des enfants nommés par Amnesty – Nika Shakarami et Sarina Esmailzadeh, 16 ans, dont les détails de la mort respectivement à Téhéran et à Karaj ont été largement diffusés et discutés sur les réseaux sociaux.

Pendant ce temps, des vidéos de manifestations continuent de circuler sur les réseaux sociaux malgré les restrictions Internet – ciblant principalement la connectivité mobile – qui persistent dans tout le pays.

Samedi matin, au milieu des appels lancés sur les réseaux sociaux pour des manifestations à l’échelle nationale 30 jours après la mort d’Amini, l’observatoire de la censure sur Internet NetBlocks a signalé une nouvelle “perturbation majeure des données du trafic Internet” à travers l’Iran.

Des actes d’accusation ont déjà été prononcés contre des dizaines d’individus accusés d’être des «meneurs d’émeutes» à Téhéran et dans d’autres provinces, le chef du pouvoir judiciaire Gholam-Hossein Mohseni-Ejei ayant ordonné aux juges d’accélérer les affaires.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.