Science

SpaceX se prépare pour des lancements consécutifs de Starlink depuis la Californie et la Floride

Après quelques jours de retards qui ont rapproché les missions, SpaceX s’apprête désormais à lancer deux lots de 53 satellites Starlink à seulement huit heures d’intervalle – l’un depuis la Floride et l’autre depuis la Californie.

Initialement prévu pour un lancement au début du 10 mai, ce qui aurait égalé le record de rotation de la rampe de lancement SLC-4E de la Vandenberg Space Force Base (VSFB) de SpaceX, Starlink 4-13 a glissé au 12 mai au cours des derniers jours. À 2400 miles (~3900 km) à l’est, la mission Starlink 4-15 de SpaceX – se préparant à être lancée depuis le pad LC-40 de la station de la force spatiale de Cape Canaveral (CCSFS) – s’est récemment retrouvée dans le bateau opposé.

Le 22 avril, Spaceflight Now signalé que Starlink 4-15 devait être lancé au plus tôt (NET) le 8 mai. À l’époque, Starlink 4-13 devait également être lancé le 8, plaçant les deux missions Starlink à quelques heures d’intervalle. Le 28 avril, Spaceflight Now mis à jour son calendrier de lancement bien approvisionné, révélant que Starlink 4-13 avait glissé au 10 mai et Starlink 4-15 au 16 mai, mettant fin à leur compétition. Enfin, les 7 et 8 mai, le photographe Ben Cooper signalé que Starlink 4-15 avait déménagé en haut à 2 h 08 HAE (06 h 08 UTC), le 13 mai et Documents de la FAA a révélé que Starlink 4-13 avait de nouveau glissé à 15h29 PDT (22h29 UTC), le 12 mai.

En d’autres termes, les missions se sont à nouveau retrouvées à quelques heures d’intervalle après des semaines de jonglage et de retards sans rapport. Sauf problèmes supplémentaires, Starlink 4-13 et Starlink 4-15 devraient être lancés à seulement 7 heures et 41 minutes d’intervalle. Situé fin 2021, le temps le plus court entre deux lancements de Falcon est actuellement de 15 heures et 17 minutes. Mais par-dessus tout, les allers-retours constants – pour se retrouver avec les deux lancements à quelques heures d’intervalle – montrent à quel point la planification derrière chaque lancement de fusée est vraiment angoissante et impitoyable.

À juste titre, le drone de Starlink 4-13 dirigé vers la mer à peine 60 heures avant le lancement prévu et le drone de Starlink 4-15 n’est pas encore parti, ce qui maintient les dates de lancement des deux missions aussi incertaines que possible sans garantir que des retards arrivent. Les deux drones doivent être remorqués à environ 400 miles en aval à des vitesses qui ne dépassent presque jamais 8 à 10 mph, ce qui se traduit par un voyage minimum de deux jours, même sans arrêts, ralentissements ou détours.

Au-delà du potentiel record, Starlink 4-13 est une mission autrement ordinaire qui lancera 53 autres satellites Starlink V1.5 à une inclinaison ordinaire de 53,2 degrés, ce qui signifie simplement qu’ils se retrouveront dans la même “coquille” que les autres satellites de la coque “Groupe 4” de Starlink. Malgré son lancement depuis la côte opposée des États-Unis, Starlink 4-15 sera presque identique et devrait déployer 53 autres satellites Starlink V1.5 sur la même coque orbitale. Cependant, il semble que Starlink 4-15 vouloir ont quelques caractéristiques très inhabituelles.

Au lieu d’effectuer une manœuvre de “ dogleg ” en forme de bâton de hockey pour éviter de survoler les îles peuplées des Bahamas, Falcon 9 survolera directement la plus grande île occidentale du pays autre tenter d’atterrir en plein milieu de l’archipel, atterrissant potentiellement sur un drone à seulement 5 à 15 miles de Nassau et de quelques autres îles. Le seul fait que SpaceX ait pu convaincre à la fois les Bahamas et la FAA américaine de lui permettre de suivre la trajectoire indiquée ci-dessus est extrêmement impressionnant et estime qu’un Profond confiance dans l’expertise de SpaceX et dans la sécurité et la fiabilité de Falcon 9. Dans le même temps, SpaceX peut prendre un certain degré de risque, car les minuscules marges d’erreur de la trajectoire signifient probablement que le système d’arrêt de vol automatique de Falcon 9 sera programmé pour détruire la fusée au moindre écart par rapport à la trajectoire prévue.

Ajoutant à la chance, Starlink 4-15 sera le premier d’une longue lignée de 45 Starlink dédié lance pour lancer un nouveau booster Falcon 9. Selon Prochain vol spatial, Falcon 9 B1073 revendiquera cette première inhabituelle, renversant presque entièrement la table sur le précédent des clients gouvernementaux conservateurs – encore timides quant à la réutilisation de SpaceX – se démenant pour sécuriser des opportunités de lancement de plus en plus rares sur les nouveaux boosters Falcon 9. Alternativement, il est possible – mais peu probable – que SpaceX ait apporté des modifications importantes au Falcon 9 B1073 qu’il souhaite vérifier de manière indépendante avant de risquer les charges utiles des clients.

Avec un peu de chance, la nouvelle fusée fonctionnera parfaitement et offrira à certains Bahamiens à proximité une expérience vraiment unique : la possibilité de regarder un booster SpaceX Falcon 9 atterrir en mer… dans le confort de leur foyer.

SpaceX se prépare pour des lancements consécutifs de Starlink depuis la Californie et la Floride






Leave a Reply

Your email address will not be published.